Journée Européenne

Journée européenne de la Déportation
27 janvier 2014

Chers enfants,

Chaque année, nous nous rassemblons devant votre école pour célébrer la journée  européenne de la déportation. Elle commémore la libération par les armées soviétiques du sinistre camp d'Auschwitz Birkenau ou furent exterminés plus d'un million de personnes.

Dès leur arrivée, 13 écoliers fontenaysiens ont terminé leur courte vie dans les chambres à gaz et les fours crématoires. Nous avons retrouvé leur nom dans les registres scolaires de l'époque.

Carole, Hélène, Sapsa et Slama, comme vous, étaient élèves à l'école Michelet.Odette, Sylvain, André, Claude, comme vous, étaient élèves à Victor Duruy où Ida était institutrice.Liliane, Joseph, Cécile, Paul et Louis, comme vous, étaient élèves à l'école Jules Ferry.

Avec les plaques apposées aux écoles qu'ils fréquentaient, avec nos initiatives, avec le site que nous avons inauguré la semaine dernière, nous les faisons vivre avec nous. Leurs noms et prénoms sont gravés dans nos cœurs et nos têtes. Chacun d'entre vous, tous les enfants, tous les ados, tous les adultes doivent garder en mémoire le calvaire qu'ils ont subi, les causes qui l'ont provoqué.

Jusqu'à leur arrestation, rien n'assombrissait leur vie. Ils étaient heureux de vivre, aimés par leurs parents. En classe, comme dans la rue où ils demeuraient, rien ne les différenciait des autres élèves. Comme vous, ils apprenaient les leçons de leurs enseignants. Avec leurs camarades, ils partageaient les jeux, c'était souvent la marelle ou les billes.

Parce que nés d'une famille juive ou d'origine, le maréchal félon Pétain les avait catalogués comme appartenant à une prétendue race juive. Or il n'y a pas plus de race juive que de race catholique, protestante ou musulmane. Ce sont des religions qu'il faut respecter ; sont juifs ceux qui vont prier à la synagogue.

Bercé par cette idée néfaste, Pétain a livré aux bourreaux nazis 11.500 nouveaux nés, bébés, filles et garçons de moins de 16 ans pour être exterminés dans les chambres à gaz et les fours crématoires. Leurs cendres ont été utilisées comme engrais.

Personne ne pouvait imaginer que, pour la 1ère fois au monde, des enfants seraient scientifiquement exterminés.

Ce fut le sort de millions de personnes, le plus grand nombre en application de la théorie hitlérienne :  assurer la protection de la pureté de la prétendue race aryenne ; enfants et adultes handicapés, les familles juives ou d'origine, les tziganes, les africains, les maghrébins, les asiatiques. Mais aussi, les opposants aux théories hitlériennes de tous les pays européens, les résistants, les prisonniers de guerre soviétiques.

Sans oublier les déportés morts de froid, de faim, de maladie, d'épuisement, les dizaines de milliers de résistants décédés sous la torture, fusillés, pendus, décapités à la hache, les populations civiles massivement massacrés à l'exemple d'Oradour sur Glane.

Cette tuerie a pour nom le génocide hitlérien, comme l'ont qualifié l'ONU et le tribunal de Nüremberg.

Avec le 70ème anniversaire de la Libération, que nous allons célébrer cette année, ce fut le début de la fin de l'infernal enfer, de l'épouvantable cauchemar que notre peuple avait connu. Le dernier convoi de déportés dans les wagons à bestiaux est parti le 15 août. Pétain a été déchu de son titre qu'il s'était approprié en supprimant la République. Ce fut le retour à la laïcité, à l'école laïque. C'est là et seulement là que peuvent se rassembler tous les enfants, quelle que soit la couleur de leur peau, leur confession religieuse, leur croyance, les origines sociales et nationales de leurs parents. Vos enseignants vous y apprennent que toutes les femmes, tous les hommes naissent libres et égaux en droit, qu'il faut respecter le droit à la différence, refuser toute discrimination, bannir le racisme sous toutes ses formes, rejeter la haine et la violence. Avec la laïcité se forge le bouclier le plus efficace contre le communautarisme et l'intégrisme ; avec elle se crée un monde ou Liberté Égalité Fraternité sera la devise de chacun et de tous.

Chers enfants,

Gardez en mémoire

Carol, Hélène, Sapsa et Slama.Odette, Sylvain, André, Claude et l'institutrice Ida.Liliane, Joseph, Cécile, Paul et Louis.

Proclamez les vivants parmi vous, présents dans votre école avec vous.