Le génocide hitlérien

Dès son arrivée au pouvoir, Hitler va réaliser ce qu’il a écrit dans « Mein Kampf » en 1923. Il se donna les moyens pour assurer la suprématie de la nation germanique appelée à dominer l’Europe selon ses propres termes à Munich en 1932 « il est de notre devoir de soumettre les autres peuples ».

Garder en mémoire :

Ceux qui sont allés jusqu’au bout du monde, sans retour, exterminés dans les chambres à gaz et les fours crématoires : familles juives ou d’origine juive : tziganes, enfants et adultes, handicapés allemands, (les premiers gazés dès 1933) ; gens de couleur : africains, antillais, maghrébins, asiatiques ; anti-fascistes de tous les pays, prisonniers de guerre soviétiques ; homosexuels.

Les 100 000 combattants sur notre sol, femmes et hommes : français et étrangers originaires du monde entier, morts sous les tortures de la Gestapo et de la milice de Darnand, fusillés, pendus, décapités à la hache, ou décédés de froid, de faim, d’épuisement, de maladie dans les camps de concentration ; celles et ceux des autres pays européens opposés aux théories hitlériennes.

Les populations civiles massacrées dont le symbole en France est le petit village limousin d’Oradour sur Glane de 691 habitants où, le 6 juin 1944, les enfants, les femmes, les malades, les vieillards furent brûlés  vifs par des lance-flammes et mitraillés dans l’église et les hommes fusillés devant les maisons avant que le village ne soit totalement détruit par le feu.

Ce génocide, comme l’ont défini l’ONU en 1946 et le procès de Nuremberg, a été scientifiquement organisé au nom de la préservation de la pureté de la prétendue race élue, la soi-disante race aryenne ; au nom de la supériorité de la nation allemande destinée à dominer le monde avec un nationalisme exacerbé.

Ces théories hitlériennes partagées par Pétain, Laval, et tous les partisans du régime de Vichy, ont plongé notre peuple ceux d’Europe, dans la barbarie et la guerre causant plus de 55 millions de victimes.

Le crime le plus atroce sur notre sol

L’antisémitisme, la haine de la République, l’étroite communion d’idéologie de Pétain et des dignitaires de Vichy avec le régime hitlérien venaient de loin.

Du 16 juillet 1942 à août 1944, parce que nés juifs, 11 500 nouveaux nés, nourrissons, filles et garçons, de moins de 16 ans, ont été livrés aux bourreaux nazis par Pétain et son régime de Vichy pour être exterminés dans les camps de la mort.

Parmi eux 13 élèves des écoles Michelet, Jules Ferry et Victor Duruy.

13 écoliers fontenaysiens

Le premier travail auquel se sont consacrés les amis du Comité a été la consultation des registres scolaires des 6 écoles maternelles et primaires de l’époque. Cette recherche minutieuse a permis de trouver à l’école maternelle Michelet et aux écoles primaires Michelet, Jules Ferry et Victor Duruy, 13 noms d’élèves, exterminés dans les camps de la mort parce que nés juifs ou d’origine. Nous n’avons pas retrouvé les registres scolaires des maternelles Mot et Elisa Lesourd.

Les 13 élèves fontenaysiens

Dray Louise                                      Guttmann Liliane                            Starck Sylvain

Eizman Szlama                                Levy Andrée                                     Storch Hélène

Fleizman Paul                                  Levy Claude                                     Stuczynski Cécile

Guttmann Joseph                           Starck Odette                                  Tukermann Carol

Tukermann Sapsa